.... les feux de la San Isidro se sont éteints, Madrid a retrouvé son agitation de chaque jour et les piétons ont laissé place aux automobiles. Le transfert au Palais Royal nous fait découvrir les joies d'un trafic dense, ce qui nous permet d'admirer les belles façades et leurs riches balcons.

      Mariesol nous attend à l'heure H devant le Palais, il faut dire que notre visite du Palais est prévue dans un créneau horaire minuté et il ne faut pas perdre de temps... or, coup de théâtre, au moment d'entrer pour la visite, il manque une personne, Suzanne a manqué le convoi au sortir de la gare routière.Jean et Jean-Paul prennent leurs jambes à leur coup et nous ramènent l'oiseau égaré, mais ce petit retard a fait monter la pression, heureusement, Mariesol très diplomate arrange l'affaire et nous voilà au pied du majestueux escalier voulu par Philippe V à l'origine de la création de ce magnifique château construit de 1738 à 1755.

       Longtemps habité par les familles royales, le Palais ne l'est plus aujourd'hui, s'y déroulent des manifestations protocolaires , les visites étant contingentées, 7 jours par ex ce mois de mai. C'est un véritable musée dont l'architecture a été  inspirée celle du Louvre. A l'extérieur, la cour entourée de bâtiments de granit est imposante et des  jardins richement décorés :

DSCF1629

 Le Palais, l'un des plus grands d'Europe ne comprend pas moins de 2800 pièces dont 50 ouvertes au public répartis sur 3 étages et 3 entresols. Mesdames, peut-être vous arrive-t-il de vous plaindre quand vient le moment de "faire" les vitres, pensez aux dames chargées de nettoyer la bagatelle de 870 fenêtres et 250 balcons!!. Cet ensemble somptueux renferme de nombreux tableaux de peintres espagnol tels Goya, Velasquez, El Gréco, Rubens, Caravage .... et de multiples collections royales. Un véritable enchantement  , une richesse d'un luxe inoui.... que restait -il pour le bon peuple de l'époque ???

          la visite agrémentée de riches commentaires de notre guide dure un peu plus d'une heure, le temps de traverser la salle du trône aux murs recouverts de velours et avec quatre lions dorés protégeant symboliquement le trône royal, la salle des  porcelaines de la manufacture del buen retiro, la chapelle et son dôme reposant sur 16 colonnes de marbre noir, et bien d'autres fascinantes par leur beauté plus ostentatoire que discrète.

          Le moment est venu de prendre congé de Mariesol à qui nous remettons sous une salve bien nourrie d'applaudissements un pourboire mérité..... elle n'aura pas été étrangère à la réussite de notre séjour à Madrid.

          Direction le village de l'Escorial où nous arrivons peu avant midi. le village est situé au coeur de la sierra de la Guadarrama, nous nous y promenons jusqu'à l'heure du déjeuner au restaurant " las viandas" ( les mets )  , certains font une halte sangria ( elle était bien bonne ! )... Le déjeuner dans un joli cadre est de qualité ( méjor que en Madrid ! )

DSCF1696

DSCF1697

DSCF1699

DSCF1700

DSCF1701 bonne humeur autour des tables, vino tinto de qualidad, une jolie bouteille d'eau  est négociée (vide) au prix de deux euros par Chris... voir photo suivante

DSCF1703

 

    Satisfaits de cette pose gastronomique( un peu ), nous nous dirigeons vers cet imposant mais aussi très austère monastère ( cela rime !! ) de l'Escorial... : photos

DSCF1683

DSCF1684

DSCF1685

DSCF1692

DSCF1693

DSCF1694

   Vous pouvez juger du caractère immense de cet ensemble et de son austérité. Il fut construit à la fin du 16 ième siècle en forme de grill. Connu sous le nom de Panthéon des rois, il abrite de nombreux tombeaux dont celui de Charles V premier roi d'Espagne.

   Donc, au coeur de la sierra de Guadarrama, il comprend cet immense  monastère  avec ses jardins de buis propices à la méditation.. au 17 ième siècle, ont été construites les nouvelles maisons des métiers qui complètent harmonieusement l'ensemble. Par la suite ,  un joli village a vu le jour tout autour, véritable modèle espagnol  du siècle des lumières dit-on.

   Cette architecture austère , au style sobre, a offert un véritable contraste avec les styles précédents, ce qui influença l'architecture espagnole pendant plus d'un siècle et demi.

   Il nous restait à parcourir une cinquantaine de km à travers la sierra pour rejoindre la cité madrilène et ses embouteillages. Aux approches de la gare Atocha, nous " larguons " jacqueline, Nicole, Maïté, très décidées à aller admirer, ce qui rendait cet espace dinatoire encore plusfroid le célébre tableau de Picasso , Guernica. Dernier dîner à l'hôtel autour de buffets copieux et variés. Nous avions, me semble-t-il , la  grande salle de restaurant pour nous, ce qui rendait les lieux encore plus froids.

  Ils ne sont plus nombreux nos amis à vouloir flâner dans les rues encore tièdes de la journée. le programme bien rempli du jour expliquant cela ... ils furent pourtant deux à vouloir profiter de la nuit tombante sur la ville, Jacques et votre serviteur ! c'est ainsi que nous avons pris possession de la "plaza de Espana" pour assister distraitement à la finale de foot entre l'Athlético et l'O.M , l'air était doux, les madrilènes semblaient savourer en toute quiétude de cette soirée printanière indifférents à la ronde motorisée autour de cette place , haut lieu vespéral de locaux !! Un délicieux moment , n'est-ce pas , Jacques ????

               " A la manana .... si quireis ! "