Le soleil dardait de ses chauds rayons la grande baie vitrée choisie par Bernard.... c'est mieux que lorsque la fenêtre est fermée. Nous craignions même d'être contrariés par une trop forte chaleur. ce ne fut pas le cas, car dès les premières hauteurs en terre espagnole, après Dancharia et après avoir franchi ( en voiture ) le col d'Otsondo, un fort vent nous accueillait, rafraichissant l'air ambiant

  Nous n'avons  cessé ni  de monter pour redescendre, remonter,  ce dans un cadre majestueux, côté sud la chaine pyrénéenne tout de blanc encore, côté ouest , l'océan et ses plages de sable blond. Autant de sommets dont je ne vous citerai pas les noms !!

 La bande de 33 éclate à approche de la dernière difficulté pouvant présenter des risques de déséquilibre amplifiés par le vent :

DSCF1700 le sommet en question et pourtant à l'extrême pointe, malgré l'absence de protections, le vent était devenu faible à modéré ( comme l'on dit à la météo .. )

         Bernard amène avec lui une quinzaine de courageux, les autres restant , en ordre un peu dispersé avec Jean-Charles . Mais place à quelques photos durant les différentes ascensions :

DSCF1685

DSCF1686

DSCF1685double dédain pour l'autre !

DSCF1694 prière de Nathalie : pourvu qu'on ne se perde pas !!!

DSCF1695

DSCF1696Brigitte dans les startings-blocks  et le regard noir !!

DSCF1701Michel très appliqué pour "se" peler son orange ...

DSCF1703un revenant, Pascal et son chapeau

DSCF1704

DSCF1705la tête mais pas les jambes, encore un mystère !

DSCF1705mais si, les jambes sont de retour...

Nous prenons notre temps pour la pause pique-nique ignorant qu'un col à grimper ( 2 ième catégorie ) nous attendait. Quelques jambes lourdes, quelques souffles courts, mais personne ne coïnce et le paysage est si beau que cela valait la peine de souffrir.

  Il ne restait plus  qu'à sacrifier à une dernière halte dans les sous-sol de PeÏO pour prendre d'assaut le bar à bières et autres chocolats sans oublier quelques emplettes pour certains ...

 Le 25, je ne serai pas des vôtres, mais le blog est ouvert à l'éditorialiste du jour... allez, à vos plumes !!